Vivre l’école de l’intérieur – 2ème partie

Vivre l’école de l’intérieur – 2ème partie

Lawryn

Interview à Lawryn Remaud, professeur des écoles, musicien et amoureux de l’Art. Je connais Lawryn depuis plusieurs années et j’ai voulu partagé avec lui des réflexions sur le système de l’Education Nationale.

Enfin voici la 2ème partie et fin de notre entretien!

🙂 Bonne lecture!

Si vous n’avez pas lu la première partie de l’interview

Dans le système scolaire actuel, peut-on parler d’intégration ? A quoi doit-on les « échecs scolaires » (si jamais ce terme est encore d’actualité !) ?

Au sein de l’Education Nationale, c’est une question qui est très traitée et à la fois pas du tout. Ce qui est assez significatif, c’est que les mots changent. Par exemple, on ne parle plus d’ «échec scolaire » mais de « décrocheur scolaire », on parle d’ « intégration » puis d’ « inclusion ». Mais pour rentrer dans le sujet, il y a des laissés pour compte, il y en a de plus en plus qu’on juge inadapté au système. En fait, ils le sont réellement mais parce que le système n’est pas adapté et ne se réinterroge pas. Il n’y a pas grand-chose qui est proposé pour eux. Il n’y pas de politique contre le décrochage scolaire mais ce sont des initiatives individuelles. Les enseignants réagissent et font de la différenciation en accord avec l’élève et les familles. Au sein des politiques elles-mêmes, il y a des projets au sein d’établissements, au sein de départements parfois, mais c’est sporadique avec très peu de budget. Malheureusement ce genre de dispositif ne va jamais au bout et on voit des élèves qui décrochent dès le collège. 

Des solutions pratiques? 

On en revient aux moyens : humains et financiers. Il faudrait plus d’enseignants déjà, des taux d’encadrements qui permettraient de prendre beaucoup plus en compte les élèves, de construire de vrais projets et d’aller aborder les difficultés de chaque élève. On est dans des classes à 30 élèves. Il m’est même arrivé d’aller dans une maternelle à 33 élèves de la PS à la GS.

Imaginons un enfant qui arrive à la fin de son cursus scolaire, quelles compétences , selon toi, devra-t-il avoir acquis pour entrer dans sa vie d’adulte?

J’en vois UNE qui malheureusement fait défaut aux élèves mais ce n’est pas leur faute. C’est le regard critique. Il y aurait aussi l’ouverture sur le monde, sur les savoirs. Avec une curiosité critique, ils seraient capables de s’adapter à tout.

Quels sont tes inspirations et conseils dans le domaine de l’éducation? (personnes, lectures ou autre)

Les deux que j’ai cité précédemment : Montessori et Freynet. Ensuite il y a un nombre de pédagogues : Pestalozzi, Freire, Rousseau évidemment. En ce moment, je suis plus sur l’éducation artistique et culturelle parce que je fais un mémoire là-dessus. Je m’intéresse à Schiller par exemple, qu’on pense juste être un philosophe obscur mais en fait il a une pédagogie datant du 18° siècle qui est encore d’actualité. Il y a des livres très accessibles comme Libres enfants de Summerhill, c’est un livre super agréable sur une expérience aux Etats-Unis.

Quel est ton but ultime, l’idée qui te motive à avancer dans ton projet professionnel et à te donner plus chaque jour ? Peut-être as-tu un rêve que tu aimerais réaliser ?

Si je fais ce métier ce n’est pas un hasard 😊 je ne veux pas tomber dans un cliché mais malgré tout ce que j’ai dit auparavant, c’est un métier qui est encore beau et imprévisible grâce aux enfants eux-mêmes. Ils arrivent à te prendre au dépourvu et ils ont cette fraicheur. Ils ont ce regard sur le monde qui est malgré tout un peu critique même si ce n’est pas du tout conscientisé.

Concernant mon projet, actuellement je fais un mémoire car j’ai envie de réinterroger l’éducation artistique et culturelle dans le système éducatif français. Questionner la réflexion critique par l’art. Avec le but de devenir (très modestement) formateur de maitres/d’enseignants pour agir de l’intérieur dans le système.

Ce que je retiens de notre échange:

J’ai beaucoup aimé faire cette interview, d’ailleurs j’avais de nombreuses attentes et aussi une marée de questions à poser:) Le métier d’enseignant est pour moi une profession qui devrait être valorisée par notre société. Je crois profondément en son rôle d’éveil de l’être humain. Ne pensons pas l’éducation en termes d’un élève-contenant à remplir mais bien comme un être qui a tout un monde intérieur et extérieur à explorer. L’enseignant est alors la personne qui accompagne l’enfant dans cette découverte. 

Merci infiniment Lawryn pour ce partage!

Pour le contacter, je vous laisse son mail:

lawrynremaud@gmail.com

POUR ALLER PLUS LOIN

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
1 Auteurs du commentaire
Aurélie Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Aurélie
Invité
Aurélie

Très bonne interview. Je suis tout à fait d’accord qu’avec une curiosité critique, les enfants seraient capables de s’adapter à tout.

trackback

[…] 2 ème partie de l'interview […]

Fermer le menu