Dialogue autour des métiers et de l’orientation

Dessine-moi un métier

Rencontre avec Duc Anh Duong

Partie I 

"Que vas-tu faire quand tu seras grand(e)?"

Qui n’a pas entendu cette question au moins une fois dans sa vie? Question emplie parfois d’une pointe d’anxiété ou de doute sur le souhait formulé…

Je vous propose un dialogue enrichissant avec Duc Anh Duong sur le thème des métiers et de l’orientation. Elle nous raconte son propre parcours, son choix de reconversion et ses meilleurs conseils pour une « bonne » orientation. 

Son approche originale m’a enchanté! Je vous laisse découvrir ses idées dans cette première partie d’interview.

J’aime bien commencer mes interviews par une brève présentation de mon invitée 😊 Peux-tu te présenter en quelques mots ? D’où tu viens ? Quelles études as-tu fait ? Quel genre d’élève étais-tu à l’école ? Quelles étaient tes matières préférées ?

Mon prénom c’est Duc Anh, je suis française. Je fais maintenant partie du club des quarantenaires ! (rires) Au niveau familial, je suis pacsée, j’ai deux enfants : un garçon de 7 ans et une fille de presque 6 ans. J’habite près de Lille en ce moment et on revient d’une expatriation en Malaisie qui avait durée deux ans. On est revenu il y a 5 mois.

A l’école, j’étais plutôt dans les premières de la classe grâce à la pression familiale, grâce aux bonnes capacités, j’ai donc suivi une voie générale avec un bac S puis un DUT Génie Chimie. Puis j’ai fait un deuxième DUT en organisation et gestion de la production, et un diplôme d’Ingénieur en alternance.

Au niveau professionnel, j’ai commencé avec l’alternance en industrie chimique en tant qu’ingénieur production et environnement. Je suis ensuite allée en Angleterre et j’ai travaillé pour une équipe qui construisait des usines de traitement de déchets pour faire du gaz. 

Puis je suis rentrée en France. J’ai fait du bénévolat dans le social en tant que recruteuse de bénévoles. Après j’ai travaillé un peu dans l’énergie et puis le dernier poste en tant que responsable pour la région Nord d’une équipe de consultants dans le département Transports et Industrie. 

Dans mon parcours, j’ai aussi fait un voyage, seule en Asie du sud-est et pendant ce temps-là j’ai aussi fait du bénévolat. J’ai découvert d’autres secteurs, dont l’associatif, l’humanitaire et puis un hôpital pédiatrique au Cambodge. J’ai fait cette expérience quand j’étais jeune adulte (j’avais environ 25 ans), j’avais déjà travaillé et j’avais déjà une certaine vision de l’emploi. Faire ce voyage-là, m’a ouvert les yeux sur pleins de choses. Je n’ai pas eu d’épiphanie mais j’ai grandi !

voyager seule

Mon blog a pour but de comprendre comment on peut « apprendre et travailler autrement ». Est-ce que tu pourrais nous partager ton idée sur ce sujet ?

Mon premier emploi, après l’alternance, a été en Angleterre. J’y ai découvert une autre façon de travailler, une autre façon d’aborder le recrutement. Je me suis dit : « Tiens, c’est différent ailleurs ? » Ce qui diffère c’est que l’on fait plus attention à ta personnalité, moins aux diplômes

Le fait que l’on regarde ta capacité à t’intégrer dans une équipe en plus de tes capacités techniques par exemple. En discutant avec des stagiaires anglais, j’ai vu qu’eux n’avaient aucun problème à partir en voyage ! Ça m’a rendu les choses possibles et accessibles. C’est de là que je suis partie, et pas sur un coup de tête, car j’étais plutôt du genre à mesurer tous les risques. J’ai découvert qu’il y avait des apprentissages différents.

Tu nous as déjà parlé un peu de ta carrière professionnelle. Qu’est-ce que tu fais désormais dans la vie ? Comment tu en es arrivée là ? Quels projets as-tu actuellement?

En Malaisie, pendant 2 ans, je n’ai pas pu travailler parce que je n’avais pas le bon Visa. Je sentais en partant, que même si j’aimais bien ce que je faisais, j’avais envie de changer un peu. J’avais une vieille idée en tête qui a ressurgi. J’ai finalement pu la développer et cadrer ce projet grâce à une année de coaching pendant mon expatriation. 

Ce projet « Dessine-moi un métier » est de faire découvrir les métiers aux jeunes, pour les ados du collège au lycée, et aux jeunes sortis du système scolaire. Au départ, le projet est parti de la création de BD pour faire découvrir ces métiers basés sur des observations et des entretiens. J’ai créé des fictions, je ne suis que scénariste et je fais illustrer par des dessinateurs. J’en suis à mon premier scénario et je prépare les dossiers pour approcher les maisons d’édition. Puis mon retour en France a coïncidé avec une autre idée qui est celle de créer des ateliers. C’est le moyen que j’ai trouvé pour appliquer l’apprentissage par la pratique, par la mise en situation.

En effet, le choix d’une orientation est souvent très théorique !

trouver sa voie

Oui, et les métiers d’aujourd’hui ne seront plus les mêmes dans 5 ou 10 ans, voire ils n’existent pas encore. Ce que j’essaie de faire passer comme message, c’est surtout : ne vous figez pas ! rien n’est écrit dans le marbre ! Si vous choisissez un domaine qui vous intéresse vous ne risquez pas de vous tromper 😊 Ce que je vois c’est que tout est basé sur la peur de se tromper. Je prends l’exemple d’une jeune fille en licence qui doit choisir un stage. Je lui ai dit de prendre un stage qui a l’air de l’intéresser, déjà ça lui précisera les choses, elle rencontrera du monde, peut-être qu’elle verra d’autres métiers qui l’intéresseront plus, etc… c’est l’effet boule de neige ! 

A la base, ils ne savent même pas en quoi consiste un travail. Pourquoi on travaille en fait? Si déjà on arrive à mettre le doigt sur ce que eux recherchent dans un travail, on saura un peu mieux vers quoi s’orienter.

On va choisir un domaine mais, les métiers vont évolués et les techniques que l’on va apprendre ne seront plus tout à fait les mêmes. Donc apprendre à apprendre, c’est ce qui est le plus important. Apprendre à travailler en équipe aussi. Parce qu’à partir du moment où on aura choisi un domaine qui nous plait, normalement, on sera curieux de ce qu’il s’y passe. Donc il faut développer cette curiosité et continuer à savoir aller chercher les infos.          

FIN DE LA PREMIERE PARTIE D’INTERVIEW A DUC ANH

 

Pour aller plus loin…

Comment contacter mon invitée? 

Sur sa page Facebook: « Dessine-moi un métier/bd dans la peau de » 

https://www.facebook.com/DessineMoiUnMetier/

ou par email à l’adresse suivante: ducanh.duong@gmail.com

Duc Anh a été expatriée et a su profiter de son séjour en Malaisie pour se reconvertir et faire mûrir son projet, jusqu’à le rendre concret! C’est une belle réussite qui est passé aussi par l’aide d’un coach. Je conseille vivement à quiconque ait en soi un désir entrepreunarial de se faire guider par un professionnel du coaching.

Si vous êtes une femme expatriée qui a envie de créer un projet nomade, allez jeter un oeil sur le site de Anne Beaufreton, https://femmesdeprojets.com/

4
Poster un Commentaire

avatar
4 Fils de commentaires
0 Réponses de fil
0 Abonnés
 
Commentaire avec le plus de réactions
Le plus populaire des commentaires
3 Auteurs du commentaire
AurélieAurélieAntigone Auteurs de commentaires récents
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Antigone
Invité
Antigone

J’aime beaucoup la façon dont Duc Anh parle des changements qui se sont opéré dans sa vie pro, avec simplicité.

Aurélie
Invité
Aurélie

J’ai hâte de lire la suite ! Je suis tout à fait d’accord avec ton invitée sur le fait que le choix de l’orientation n’est pas figé dans le marbre. Les ados choisissent plus leur orientation par intérêt que par leur coeur… A quand pouvons-nous changer cette mentalité ?

Aurélie
Invité
Aurélie

Une belle présentation et un projet trés intéressant. Hâte de découvrir la BD !

trackback

[…] Première partie de l'interview […]

Fermer le menu